Saviez-vous qu'une mauvaise audition augmente considérablement vos risques de blessure accidentelle ?

Saviez-vous qu'une mauvaise audition augmente considérablement vos risques de blessure accidentelle ?

Les blessures accidentelles domestiques sont parmi les principales causes de morbidité et de mortalité en Europe.

Les centres de contrôle et de prévention des maladies ont estimé que les blessures non intentionnelles représentaient 5% de tous les décès en 2011 et 28 millions de visites aux urgences en 2013.

De nombreux facteurs peuvent contribuer aux blessures accidentelles, dont certaines déficiences sensorielles, telles que la presbyacousie qui se révèle être  majoritairement impliquée.

La perte auditive est cependant également classée comme le facteur de risque qui pourrait être évité grâce à une prévention précoce par un test de dépistage et une prise en charge audio prothétique.


Une nouvelle étude menée à l'hôpital Brigham and Women's révèle que le taux de blessures accidentelles est plus élevé chez les adultes ayant une déficience auditive avérée, les blessures liées aux sports et aux loisirs étant les plus nombreuses.

Les personnes ayant une «bonne» ou une «faible difficulté» à entendre étaient davantage susceptibles de subir des blessures professionnelles.

Les résultats ont été publiés dans le Journal de l'Otorhinolaryngologie.


"Bon nombre d'adultes pensent à tort que la perte auditive, en particulier liée au vieillissement, est  "normale "et n'a d'autres conséquences sur la vie quotidienne des seniors que, peut-être, un isolement social.

Nous souhaitions vraiment mener cette étude à terme car l'audition est un sens particulier qui joue un rôle important. Nous souhaitions connaître le degré d'implication d'une déficience auditive lors des blessures accidentelles domestiques », a déclaré le Dr Neil Bhattacharyya, Spécialiste ORL à l'hôpital Brigham and Women's.

Les chercheurs ont pu consulter l'ensemble des rapports du National Health Interview Survey comme base de données, qui comprenait des réponses à diverses questions liées à la santé provenant d'un échantillon national représentatif de personnes de 18 ans et plus vivant en Europe.

Le bilan auditif était classé ainsi, allant d' «excellent», «bon», «un peu difficile à entendre», «trouble d'écoute modéré», «beaucoup de difficultés à entendre» et «sourd».

La principale variable de résultat était la survenue de blessures accidentelles au cours des trois derniers mois.

La classification des blessures était la suivante : liée à la conduite, liée au travail ou liée aux loisirs / au sport.

La prévalence des blessures accidentelles a été calculée et analysée en fonction de l'âge, du sexe, de la situation matrimoniale, du niveau d'éducation, de l'appartenance ethnique, de la race et du bilan auditif des participants.

Les ratios ajustés ont été calculés pour les blessures en fonction des différents degrés de difficulté auditive ajustés pour les variables démographiques ci-dessus.

6,6 millions de participants ont signalés la survenue de blessures accidentelles au cours des trois mois précédents.

Un participant sur six a estimé que son audition était inférieure au qualificatif «excellente» ou «bonne».

Les personnes ayant beaucoup de difficulté à entendre étaient 1,9 fois plus susceptibles (deux fois plus susceptibles) de souffrir de blessure que celles disposant d'une excellente audition.

L'étude a conclu qu'un taux accru de blessures accidentelles était fortement associé à une mauvaise qualité d'audition avérée chez les adultes, les blessures liées aux loisirs étant le plus souvent associées à un degré de difficulté auditive perçu par l'intéressé.

"Nos données suggèrent une forte relation entre une  faible audition et une blessure accidentelle, d'autant plus que le taux de blessures augmente régulièrement à mesure que l'audition se détériore et que le risque de blessure augmente. Il est désormais acquis qu'une baisse d'audition est un facteur majeur de risque accru de blessure accidentelle et qu'une perte auditive ne doit plus être prise à la légère.", a déclaré le Dr Bhattacharya.

Hossein Mahboubi, Harrison W. Lin, Neil Bhattacharyya. Prévalence, caractéristiques et schémas de traitement de la difficulté auditive. JAMA oto-rhino-laryngologie , chirurgie cervico-faciale , 2017; DOI: 10.1001 / jamaoto.2017.2223

Posté dans 23/04/2018 Santé et Bien-Etre, Audition 0 272

Articles reliés

J'entends de plus en plus mal...Pourquoi ?

5 182 000 personnes en France ont un handicap auditif (8.12% de la population Française) soit une prévalence globale...

AUDITION : Voici 14 signes qui doivent vous alerter...

Sifflements ou bourdonnements chroniques, douleurs, étourdissements, troubles de l'audition, écoulements d'oreille,...

Infographies intéressantes sur les acouphènes

Les acouphènes, véritable problème de santé publique, exposés en quelques infographies.

Bruit : sensibilité, sensation et perception auditive

Si l’exposition aux niveaux sonores rencontrés dans l’environnement, en milieu urbain notamment, n’est...

Presbyacousie et pertes d'audition

La Surdité Elle est définie par une baisse de « l’acuité » auditive, c'est-à-dire de la capacité à entendre, d’une...

Laisser un commentaireLeave a Reply

Vous devez être  connecté(e) pour laisser un commentaire.