Si vous voulez enfin tout savoir sur votre nez qui coule ?

Classé dans : Infections O.R.L | 0

insolite-rhume-il-serait-possible-de_0-344x232 Si vous voulez enfin tout savoir sur votre nez qui coule ?

Nez qui coule et Rhinite

La rhinite a pour définition les symptômes produits par l’irritation nasale ou l’inflammation. Les symptômes de la rhinite sont la conséquence d’une obstruction ou d’une congestion nasale :

  • Nez qui coule
  • Démangeaisons
  • Éternuements
  • Nez bouché

Ces symptômes sont la réponse naturelle du nez à l’inflammation et l’irritation. Ils sont le plus souvent associés à des démangeaisons des yeux.

Le mucus présent dans le nez a pour rôle de piéger les substances extérieures agressives (comme la poussière , le pollen et la pollution) et les germes (bactéries et virus).

Le Mucus s’écoule par la face avant du nez et se draine à l’arrière par la gorge. Lorsque la production de mucus est trop intense, elle peut provoquer un écoulement nasal par les narines ou un écoulement nasal postérieur par la gorge.

La toux est la réponse naturelle à la saturation de la gorge en post-nasal.

Les démangeaisons, picotements, éternuements et autres symptômes peuvent être les réponses à différentes causes :

  • réactions allergiques
  • expositions chimiques, y compris le tabac
  • variations climatiques
  • infections
  • autres facteurs

Pour la majorité des personnes, la congestion nasale s’orientera sur un côté du nez puis l’autre sur un cycle de plusieurs heures.

Certaines personnes peuvent remarquer ce cycle nasal plus que d’autres, surtout si leurs voies nasales sont étroites.

Des exercices ou des changements d’inclinaison de la tête peuvent affecter la congestion nasale. les complications d’une congestion nasale peuvent entraîner une pression du visage et de la douleur, ainsi que des cernes sous les yeux.

Le traitement de la rhinite

En l’absence de traitement spécifique existant pour votre rhinite chronique, l’objectif est d’en diminuer les symptômes, en évitant ou en diminuant les risques d’exposition à des irritants ou allergènes, et en ayant recours à une bonne hygiène nasale.

Une fois la rhinite allergique diagnostiquée, le traitement comprend l’absence d’exposition aux allergènes, les médicaments et l’immunothérapie (désensibilisation).

  • Ne pas s’exposer – Une seule graminée peut libérer 1 million de grains de pollen en une seule journée. Le pollen des graminées, de l’herbe est si petit que le vent peut le transporter à des kilomètres de sa source.

Les spores de moisissures, qui se développent à l’extérieur dans les champs et sur les feuilles mortes, sont également présentes un peu partout et peuvent se révéler plus nombreuses que les grains de pollen dans l’air, même lorsque la saison pollinique est à son pic le plus haut.

Bien qu’il soit difficile voire pratiquement impossible d’échapper aux pollens et aux moisissures, voici quelques conseils pour réduire l’exposition :

  1. Gardez les fenêtres fermées et utiliser l’air conditionné en été, si possible. En voiture, préférez la climatisation.
  2. Ne pas faire sécher votre linge à l’extérieur. le Pollen peut se fixer aux serviettes et aux draps.
  3. L’air extérieur est habituellement plus fortement concentré en pollens et moisissures entre 5 heures et 10 heures, limiter les activités de plein air durant ces heures.
  4. Porter un masque de pollen (masque filtrant) lors de la tonte de la pelouse, pour le ramassage des feuilles ou le jardinage, et prendre un traitement préventif.
  • Hygiène nasale – Lorsque les mesures d’absence d’exposition ne suffisent pas à l’apparition des symptômes, l’hygiène nasale rigoureuse peut être la réponse. De nombreux médecins recommandent l’usage de solutions isotoniques pour un lavage efficace des muqueuses nasales, tout en douceur, et une élimination des sécrétions. Une hygiène nasale pratiquée quotidiennement assure une protection renforcée des muqueuses pour maintenir l’équilibre de la sphère ORL à long terme.

 RHINYL® des Laboratoires BIORL s’inscrit dans cette démarche et se révèle la référence ORL de protection efficace contre les agressions extérieures.

La finesse de son nébulisat confère à RHINYL® des propriétés lavantes et adoucissantes exceptionnelles, pour une véritable sensation de bien-être au quotidien.

Le lavage de nez s’inscrit comme un véritable acteur de prévention et de diminution des pathologies ORL, pour une véritable sensation de bien être au quotidien.

Il est vivement conseillé d’adjoindre à votre traitement de RHINYL® par voie locale, un traitement immunostimulant par voie générale, STIMUNYL® en cure de 2 mois.

 

Qu’est-ce que la sinusite?

La sinusite est une inflammation ou une infection de l’une des quatre cavités des sinus situées dans le crâne, s’ouvrant dans les canaux nasaux. La sinusite est à différencier de la rhinite, bien que les deux puissent être associées, et que leurs symptômes puissent être similaires. Les termes «problèmes de sinus” ou “congestion des sinus» sont parfois mal utilisés pour désigner la congestion des cavités nasales.

 

Qu’est-ce que la rhinite allergique?

Connu par la plupart des personnes sous le terme de rhume des foins, la rhinite allergique est une pathologie ORL très commune qui touche plus de 15 % des adultes et des enfants.

La rhinite allergique se présente sous deux formes différentes:

Saisonnière : Les symptômes de la rhinite allergique saisonnière surviennent au printemps, en été et / ou au début de l’automne. Ils sont généralement causés par une sensibilité allergique aux pollens des arbres, des graminées ou des mauvaises herbes, ou encore de spores de moisissures dans l’air.

chronique : Les personnes atteintes de rhinite allergique chronique présentent des symptômes tout au long de l’année. Elle est généralement causée par une sensibilité aux acariens , aux poils d’animaux , blattes, cafards et / ou aux spores de moisissure . Les allergies alimentaires Sous-jacentes ou masquées provoquent rarement des symptômes chroniques.

Certaines personnes peuvent être sujettes aux deux types de rhinite, avec des symptômes chroniques plus intenses durant les saisons polliniques. Il peut également exister des causes non-allergiques pour la rhinite.

 

Quelles sont les causes des éternuements, des yeux qui piquent et autres symptômes ?

Lorsqu’une personne sensible inhale un allergène (substance pouvant causer une allergie) comme le pollen d’ambroisie, le système immunitaire du corps réagit anormalement.

L’allergène se lie à l’anticorps immunoglobuline E (IgE) qui est lié aux cellules qui produisent de l’histamine et autres molécules. Le pollen “active” ces cellules dans la muqueuse nasale, les contraignant à libérer l’histamine et les autres molécules.

L’histamine dilate les petits vaisseaux du nez fluidifiant le sang et s’écoulant dans d’autres tissus. Cela provoque le nez qui coule, les yeux larmoyants, les démangeaisons, les gonflements et autres symptômes d’allergies.

Les anticorps circulent dans le flux sanguin, et s’accumulent dans les tissus du nez et de la peau. l’on peut vérifier l’allergie et la présence de ces anticorps par un test cutané, ou moins fréquemment, par un test spécial IgE dans le sang .

 

Absence de fièvre, alors pourquoi «rhume des foins» ?

Le «Rhume des foins» est un terme séculaire décrivant les symptômes de la rhinite allergique, surtout lorsqu’il se produit en fin de saison d’été.

Cependant, les symptômes ne sont pas causés par le foin, et ne sont pas accompagnés de fièvre. Ainsi, l’expression “rhinite allergique” est le terme le plus adéquat.

De même, les symptômes des allergies printanières sont parfois nommés “la fièvre des roses” mais il s’agit simplement d’une coïncidence entre la floraison des roses et la pollinisation des herbes. les roses et autres odoriférants, les fleurs d’ornement utilisent les abeilles, et non le vent, pour la pollinisation. Une infime partie de leur pollen pénètre dans l’air et est susceptible de provoquer une allergie.

 

Peut-on y échapper?

La question fréquemment posée par les personnes souffrant de rhinite allergique est :

Puis-je déménager dans un lieu où mes allergies vont disparaître?

Certains allergènes sont présents partout ou presque. “L’herbe à poux”, qui affecte 75 % des personnes souffrant de rhinite allergique, couvre l’ensemble de la France.

Les allergologues recommandent rarement de déménager pour prévenir les risques d’allergies. Une personne peut échapper à une allergie à “l’herbe à poux”, par exemple, pour développer une sensibilité aux graminées ou d’autres allergènes dans son nouveau lieu.

 

La rhinite allergique peut-elle avoir d’autres conséquences sur l’organisme ?

Certaines complications connues incluent les infections de l’oreille, sinusite , les maux de gorge chroniques, la toux, les maux de tête, un sommeil perturbé, la fatigue, l’irritabilité. Parfois, les enfants peuvent développer une modification de croissance faciale et des problèmes orthodontiques.

 

Est-ce que la rhinite est toujours causée par une allergie ?

La Rhinite peut résulter de nombreuses causes autres que l’allergie. Tous les symptômes de la rhinite ne sont pas obligatoirement le résultat d’allergies. Voici la liste des trois principales causes de rhinite et leurs caractéristiques.

  • Type de rhinite : Allergique
  • Nom commun : Rhume des foins
  • Sensibilité allergique : Oui
  • Causes : Les acariens, les animaux, les pollens, les moisissures, les blattes
  • Durée des symptômes : Chronique et / ou saisonnier
  •  Type de rhinite : Infectieux
  • Nom commun : Rhume ou grippe
  • Sensibilité allergique : Aucune
  • Causes : Virus
  • Durée des symptômes : Trois à sept jours, parfois plus
  •  Type de rhinite : Non-allergique
  • Nom commun : Irritation
  • Sensibilité allergique : Aucune
  • Causes : Fumée, la pollution de l’air, les gaz d’échappement, les bombes aérosols, les parfums, les vapeurs de peinture, etc
  • Durée des symptômes : durant l’exposition et / ou à la suite de l’exposition

La rhinite la plus fréquente est le rhume, il s’agit d’une rhinite infectieuse. La plupart des infections sont relativement de courte durée, avec des symptômes d’amélioration au terme de trois à sept jours. les rhumes peuvent être causés par plus de 200 virus. Les enfants, en particulier les jeunes enfants scolarisés ou en crèche, peuvent contracter huit à 12 rhumes par an. Heureusement, la fréquence des rhumes diminue après l’exposition aux nombreux virus grâce au renforcement des défenses naturelles, accompagné d’un traitement immunostimulant naturel de référence comme STIMUNYL® des Laboratoires BIORL en cure de 2 mois.

Les rhumes débutent généralement par une sensation de congestion, suivi rapidement par un écoulement du nez et des éternuements. Au cours des jours suivants, la congestion s’aggrave, le mucus nasal a une coloration purulente, et il peut y avoir une légère fièvre et de la toux. Les symptômes du rhume disparaissent au bout de quelques semaines, mais une toux peut parfois persister. Les symptômes du rhume qui persistent peuvent être dus à d’autres causes, telles que la rhinite non-infectieuses ou la sinusite.

 

Quelles sont les autres causes de la rhinite?

les symptômes du rhume des foins ne sont pas tous causés par une allergie ou une infection. Des symptômes similaires peuvent être causés par un blocage mécanique, l’utilisation de certains médicaments, les irritants, les variations climatiques ou d’autres facteurs mécaniques. En fait, plus d’un tiers des personnes présentant des symptômes nasaux toute l’année n’ont pas d’allergies.

Une Congestion nasale médicamenteuse peut être causée par les pilules contraceptives, certains médicaments pour l’hypertension, et l’utilisation prolongée de décongestionnant nasal.

Les sprays décongestionnant nasaux sont rapides et efficaces, mais ils altèrent gravement le fonctionnement normal des voies nasales. Après quelques semaines d’utilisation, les tissus gonflent de manière permanente. L’utilisation de ces sprays peut procurer une sensation immédiate de soulagement, mais l’effet du médicament est de courte durée. Plus grave, ils entrainent des dommages irréversibles sur les voies nasales. Il s’agit alors d’une rhinite médicamenteuse. La consultation d’un médecin et la prescription des médicaments pour “sevrer” le décongestionnant nasal en aérosol est souvent nécessaire.

La cocaïne modifie également le fonctionnement normal des voies nasales , provoquant une condition identique ou plus sévère que celle produite par les pulvérisations nasales d’un décongestionnant.

 

Qu’est ce qui déclenche la rhinite non allergique?

La rhinite non allergique ou rhinite vasomotrice, définit l’ensemble des autres causes de la rhinite, et des symptômes non causés par une infection ou une allergie. Bon nombre d’individus ont une congestion nasale chronique, une production excessive de mucus, des démangeaisons, et d’autres symptômes nasaux similaires à ceux de la rhinite allergique, mais le dysfonctionnement n’est pas causé par une allergie.

 

Les facteurs de la rhinite non-allergique sont :

  • Les irritants tels que la fumée de cigarette, les odeurs et les fumées fortes, y compris le parfum, la laque pour les cheveux, d’autres produits cosmétiques, les détergents à lessive, les solutions de nettoyage, le chlore de piscine, les gaz d’échappement et la pollution de l’air.
  • Les épices utilisées dans la cuisine, les boissons alcoolisées (en particulier la bière et le vin), l’aspirine et certains médicaments pour l’hypertension.
  • Chez certaines personnes, ingérer des aliments (épicés ou non) peut provoquer un écoulement nasal à cause d’un réflexe nerveux anti-allergique. l’on parle alors de rhinite gustative.
  • Certaines personnes sont très sensibles aux variations climatiques. Les skieurs sont souvent sujets un écoulement nasal, mais chez certaines personnes une simple exposition au froid peut provoquer un nez qui coule. D’autres commencent à éternuer au moment de pénétrer dans une chambre d’hôtel climatisée un peu fraîche.

Ces facteurs ne sont pas allergènes, n’induisent la formation d’anticorps allergiques, et ne produisent pas de réactions à des tests cutanés. De temps à autre, un ou deux tests cutanés positifs peuvent être observés, mais ils ne correspondent pas au diagnostic et ne sont pas pertinents.

Les causes de la rhinite non allergique n’ont pas encore été clairement identifiées. Dans des concentrations suffisamment élevées, de nombreuses odeurs pourront causer une irritation nasale chez la plupart des personnes. D’autres individus sont particulièrement sensibles à l’irritation et au développeront des symptômes nasaux même lorsqu’ils sont exposés à de faibles concentrations de substances irritantes non dérangeantes pour la majorité d’entre nous.

De la même manière que la rhinite allergique, la rhinite non allergique ne peut souvent pas être guérie. Heureusement, les symptômes peuvent être maintenus sous contrôle en limitant l’exposition à des substances irritantes et par la prise de médicaments en cas de besoin. Les patients atteints de rhinite non allergique ne devraient pas fumer ou s’exposer au tabac.

La Sécheresse des tissus nasaux est un effet normal du vieillissement, ou la conséquence d’un état pathologique associé à un écoulement nasal purulent. La rhinite peut également résulter de certains facteurs hormonaux, tels que l’hypothyroïdie ou de changements hormonaux durant la grossesse. Cependant, la grossesse peut soit aggraver ou à contrario diminuer les effets d’une rhinite, ou n’avoir aucun effet. Les boissons alcoolisées peuvent provoquer la dilatation temporaire des vaisseaux sanguins dans le nez et produire une congestion nasale importante.

 

 Comment connaître votre type de rhinite ?

Consultez votre médecin. Parfois, plusieurs facteurs peuvent coexister chez le même individu. pour une même personne, la rhinite allergique pourrait être aggravée par une rhinite non allergique, déviation septale (courbure de l’os et du cartilage qui séparent les deux côtés du nez) ou des polypes nasaux (excroissances anormales à l’intérieur du nez et des sinus). Chacun de ces facteurs sera amplifié par l’apparition d’un rhume. Les Symptômes nasaux multi factoriels peuvent être difficile à traiter, nécessitant souvent la coopération d’un allergologue et d’un ORL.

 

Comment la rhinite allergique est-elle diagnostiquée?

Votre allergologue peut débuter par une enquête approfondie de vos conditions de vie, à la recherche d’indices de votre mode de vie qui permettront d’identifier la cause de vos symptômes. Vous devrez tenir un journal de bord sur vos habitudes de travail à la maison ou à l’extérieur, sur vos habitudes alimentaires, sur les antécédents médicaux de votre famille, sur la fréquence et la gravité de vos symptômes , si vous possédez des animaux domestiques. Ensuite, vous serez amenés à effectuer des tests de dépistage. Votre allergologue peut utiliser le test cutané, dans lequel de petites quantités d’allergènes potentiels sont injectés dans la peau. Les tests cutanés sont le moyen le plus simple, le plus sensible et pour poser un diagnostic . L’autre avantage est la disponibilité immédiate des résultats. Dans des cas exceptionnels, il peut également être nécessaire d’effectuer un test sanguin spécifique IgE pour les allergènes identifiés.

Laissez un commentaire