Prévention de l’otite du baigneur

Classé dans : Audition, Infections O.R.L, Non classé | 0

protocol-otite-860x538 Prévention de l'otite du baigneurHygiène et protection des oreilles, les alliés indispensables des petits et des grands pour des vacances réussies !

 

En cette période estivale, la famille Durand s’est offerte une semaine de vacances au soleil : baignades en mer, en piscine, douches répétées… A peine rentrés, ses parents amènent le petit Enzo, 6 ans, consulter un ORL parce que son oreille gauche lui fait terriblement mal. Il pleure beaucoup, et est manifestement plus dur d’oreille que d’habitude. Des sécrétions purulentes s’écoulent de son oreille.

 

LES OTITES EXTERNES DU NAGEUR

L’otite externe est une inflammation de la membrane cutanée et des tissus mous qui tapissent le conduit auditif externe.

Une otite externe simple, se traduit par une douleur, des démangeaisons (prurit), un écoulement (otorhées) et une sensation de blocage. La douleur peut être très intense mais elle n’est pas un signe de gravité.

Les symptômes s’installent rapidement, habituellement en moins de 48h.

Dans les formes particulièrement purulentes, une baisse de l’audition peut exister.

Sous traitement, l’évolution est simple, mais parfois l’infection diffuse au pavillon de l’oreille. Dans sa forme diffuse, la peau est rouge, tuméfiée et souillée de pus.

Le traitement dépend de la cause mais reste habituellement local.

 

Quelles sont les causes de l’OE ?

Le conduit auditif externe sain contient la même flore que celle qui se trouve habituellement sur la peau normale ailleurs sur le corps (bactéries à Gram positif : 93%, bactéries à Gram négatif : 4.5% et champignons : 2.5%).

Une otite externe est due à une infection de la peau du conduit auditif par une bactérie ou un champignon microscopique. Une infection aigue est presque toujours d’origine bactérienne (98%).

L’OE est souvent appelée « Otite du baigneur » car la baignade est le facteur de risque prédominant. Il n’en demeure pas moins que l’origine de l’OE est souvent multifactorielle.

Il y a deux causes essentielles prédisposant aux otites externes : l’eczéma du conduit et les bains en été.

Le fameux cérumen, détesté de tous, agit en fait comme une barrière de protection contre l’humidité et l’infection. Le film lipidique que représente le cérumen aurait une action bactéricide et protégerait de la pénétration des microbes (bactéries et agents mycosiques) dans les glandes sécrétrices du cérumen.

Ce milieu est altéré par une exposition prolongée à l’eau ou encore par une action mécanique abusive.

Il existe un facteur déclenchant principal, la lésion de grattage, presque toujours avec un coton-tige. : outre leur action mécanique sur la peau du conduit, ils suppriment la sécrétion cérumineuse exposant ainsi la peau à la macération due à l’eau.

L’eczéma provoque une démangeaison et le grattage lèse la peau du conduit qui s’infecte alors.

En été, lors des baignades, l’oreille est bouchée par de l’eau, sensation désagréable entraînant des manœuvres pour la vider et là encore lésion du conduit et infection. Le pyocyanique est le germe le plus souvent retrouvé dans les eaux de piscine.

 

Comment prévenir l’OEA ?

Eviter les facteurs de risques et protéger ses oreilles :

La raison la plus fréquente d’infection de l’oreille est la stagnation d’eau dans le conduit auditif externe.

Pour prévenir ce type d’infection, il est recommandé d’éviter le plus possible la rétention d’humidité dans le conduit auditif externe, tout en maintenant l’intégrité de la barrière cutanée. Après la douche ou la baignade, il faut donc prendre soin d’évacuer l’eau du  conduit auditif en penchant la tête sur le côté. On peut aussi assécher le pavillon avec une serviette, sans évidemment aller trop loin avec le doigt. Si ces mesures ne sont pas suffisantes, il existe également des produits destinés à assécher les conduits auditifs après la baignade.

Soulignons que les eaux polluées et les eaux de piscine trop chlorées augmentent les risques d’infection.

Il est particulièrement recommandé d’utiliser des bouchons d’oreille de qualité ou des bandeaux, spécialement conçus pour empêcher l’eau de pénétrer dans le conduit auditif.

Une protection contre l’eau deviendra indispensable pour les personnes ayant un tympan perforé,  lorsqu’un drain est posé ou en cas d’exostose (rétrécissement du conduit auditif).

En résumé :

Hygiène sans excès

Précaution contre l’eau (bouchons, bandeau, évacuation de l’humidité)

Solutions auriculaires prophylactiques (préventives)

Traitement des problèmes dermatologiques (eczéma, psoriasis).

 

PROTOCOLE DE PREVENTION BIORL : innovation et protection au naturel, notre savoir-faire, pour le bonheur des petits et des grands !

1.      Avant chaque baignade, appliquez un film résistant à l’eau et aux bactéries par voie topique, chargé de protéger et tapisser l’épithélium – EARYL® – www.biorl.fr.

2.      Pour les sujets à risques, utilisez systématiquement un dispositif de précaution contre l’eau – bandeau ou bouchons d’oreille.

3.      Après la baignade, sécher systématiquement les oreilles à l’aide d’une serviette éponge par exemple, ou au mieux, avec des gouttes auriculaires dessicatives asséchantes – SEDRYL® – afin d’éviter toute stagnation d’eau.

 

Ne jamais utiliser de cotons tiges qui risquent d’altérer l’épithélium (peau du conduit auditif) et retirer la couche protectrice de cérumen favorisant ainsi l’infection.

Laissez un commentaire