Enrichir son environnement sonore pour ne plus l’entendre …vers l’accoutumance ou l’habituation aux acouphènes

Classé dans : Acouphènes, Non classé | 0

Habituation Enrichir son environnement sonore pour ne plus l’entendre …vers l’accoutumance ou l’habituation aux acouphènes

Le but de toute personne qui souffre d’acouphènes est de réussir à s’habituer à ses acouphènes.

Cela signifie atteindre un état ​​d’esprit où vous avez plus une réponse émotionnelle négative à vos acouphènes.

Nous nous habituons ou nous nous adaptons à divers stimuli chaque jour de nos vies :

– la sensation de nos vêtements sur nos corps

– les choses immuables que nous voyons autour de nous chaque jour

– le bruit de la circulation ….

Nous connaissons tous des personnes qui ont déménagé dans une maison ou au travail, dans une rue très fréquentée. Au début, ils trouvent le bruit de la circulation gênant, même pénible, mais avec le temps, ils atteignent le point où ils ne sont plus conscients du bruit qui les entoure. Ceci est appelé l’habituation.

En général, les bruits que nous sommes le plus en mesure d’ignorer, sons répétitifs, prévisibles, nous les percevons comme non menaçant, sans intérêt et sans importance.

Progression vers l’habituation aux acouphènes

La progression vers l’accoutumance n’est pas une question de passer d’un niveau à l’autre et ne plus avoir de rechutes ou de mauvais jours. Les personnes souffrant d’acouphènes ont des jours où ils peuvent être fatigués ou stressés. L’acouphène sera plus difficile ces jours-là. Cependant, grâce à l’apprentissage de la faculté à mieux gérer vos acouphènes, les mauvais jours seront de plus en plus espacés.

Comme vous apprendrez à gérer vos acouphènes et progresserez vers l’accoutumance, les changements auront lieu dans les domaines de la dépression, de l’anxiété, votre capacité à vous concentrer, en ne focalisant plus votre attention sur les acouphènes et l’insomnie. Durant les premiers stades, la majorité des gens ont du mal à gérer ces différents états émotionnels. Lorsque vous vous déplacez vers l’habituation, chaque zone sera progressivement améliorer au point où vous serez rarement troublé par vos acouphènes et plus interféré dans vos activités normales. Bien que l’acouphène soit toujours présent, vous ne serez pas dérangé émotionnellement, ou consciemment.

L’Accoutumance, et l’utilisation thérapeutique de sons dans la gestion des acouphènes

L’habituation à l’acouphène

La plupart des gens qui développent des acouphènes persistants s’habituent ou s’adaptent spontanément à leurs acouphènes au fil du temps, de sorte que l’acouphène est encore entendu, mais l’attention est rarement focalisée dessus, le processus d’acceptation émotionnelle est atteint – l’acouphène ne devient ni agréable ni désagréable. L’accoutumance est une réaction normale à un stimulus persistant. Par exemple, juste après avoir mis vos vêtements le matin, ils peuvent se faire sentir sur la peau, mais cette sensation ne dure que très peu de temps. Pendant la journée, vous n’en avez pas conscience, même si les récepteurs de la peau continuent d’envoyer des signaux au cerveau sur la sensation de vos vêtements contre votre peau.

Lorsque vous vous déplacez vers l’accoutumance, vous remarquerez une amélioration progressive dans les périodes où vous n’êtes pas attentif à vos acouphènes, ainsi qu’une réduction progressive de toute gêne ou détresse qu’ils ont pu causer. La maladie et le stress peuvent conduire à un déplacement négatif de ce processus. Parfois, les gens restent trop « attachés »à leurs acouphènes et sont incapables de s’habituer pleinement comme ils le voudraient. La prise de conscience et la compréhension de votre manière individuelle à faire face à des revers ou des traumatismes émotionnels, ainsi que l’apprentissage de la gestion du stress, peuvent être nécessaires pour atteindre l’accoutumance.

La plupart des approches thérapeutiques de gestion des acouphènes, y compris la Tinnitus Retraining Therapy (TRT) ou la thérapie réadaptative aux acouphènes, visent à atteindre l’accoutumance aux acouphènes. La TRT est basée sur le modèle neurophysiologique de l’acouphène, et est un traitement visant à réadpater les parties subconscientes du cerveau pour ignorer le bruit de l’acouphène.

L’enrichissement sonore

La recherche a montré que presque tout le monde expérimente et développe des acouphènes au moins temporairement, si les personnes sont mises dans un environnement anormalement calme (comme une cabine insonorisée) et chargées de prêter attention à tous les sons qu’elles entendent. Vous êtes plus susceptibles de remarquer ou écouter vos acouphènes dans une pièce calme. Cette prise de conscience peut conduire à une augmentation de la conscience active de l’acouphène. Ceci, à son tour, peut conduire à une escalade de l’état d’irritation et de détresse, qui entraîne en retour une augmentation de la prise de conscience et de l’intrusion de vos acouphènes.

Nos sens ne réagissent pas à la valeur absolue d’un stimulus, mais à la différence entre le stimulus (ou acouphènes) et l’arrière-plan. Les acouphènes ne se distinguent pas aussi nettement et seront moins distincts quand on est entouré par un autre son.

L’enrichissement sonore consiste à ajouter un son à votre environnement. L’objectif est d’entourer le bruit de l’acouphène avec un son neutre facilement ignorable, et non pas de le masquer. Ce processus est une composante importante de la plupart des approches de gestion des acouphènes, et fait partie intégrante de la TRT. Pour ceux ayant conscience de leurs acouphènes intermittents, l’enrichissement sonore peut être limité à des moments où l’acouphène est particulièrement sensible ou irritant. Pour les personnes qui sont constamment conscientes de leurs acouphènes, une durée de 24h est recommandée. Cela implique de vous assurer qu’il y ait toujours un son présent. En cherchant activement à avoir un certain contrôle sur la situation, le sentiment d’impuissance si souvent signalé par les personnes souffrant d’acouphènes peut être réduit.

Vous ne devez pas écouter activement le son que vous choisissez. En fait, en particulier lorsque vous ne souhaitez pas être stimulé par le bruit, il est préférable d’adopter une approche passive du son en essayant de l’ignorer. On décrit ce son comme ” fond d’écran acoustique».

Si vous souhaitez écouter la télévision, la radio ou la musique, vous allez être distrait de vos acouphènes, ainsi vous aurez moins de chances de les entendre. En conséquence, ils deviennent moins importants. Cependant, la plupart des gens ne veulent pas être stimulés par ces sons pendant plus de quelques heures, et encore moins pendant 24 heures, et il convient alors d’utiliser des sons moins stimulants et fades. L’important est donc de disposer d’une variété de sons en fonction de votre humeur et le degré de stimulation que vous voulez.

Il y a beaucoup de sons communs dans notre environnement qui nous sont familiers, apaisants, agréables ou simplement neutres, et assez monotones. Par exemple, de nombreuses personnes souffrant d’acouphènes n’entendent pas leurs acouphènes en marchant sur la plage , ou dans un parc avec le chant des oiseaux et le vent dans les arbres. Ce concept peut être étendu en utilisant un générateur de sons de l’environnement, qui produit généralement une gamme de sons tels que les vagues de l’océan, l’écoulement de la rivière…

Les sons utilisés ne doivent jamais causer de la gêne ou être désagréable. Parce que ces sons sont neutres et relativement fades, ils sont faciles à ignorer. En conséquence, la plupart des gens peuvent facilement s’y habituer.

Le masquage sonore – comment est-il différent de l’enrichissement sonore ?

Selon la TRT, il existe un niveau de volume idéal lors de l’utilisation d’une source sonore stable tel qu’un générateur de son ou un CD. Le volume doit être réglé de telle sorte qu’il commence à se mélanger avec l’acouphène, de sorte que vous pouvez entendre à la fois vos acouphènes autant que le son utilisé. Pour aider à l‘accoutumance, vous devez être en mesure de l’entendre avec le son choisi. Pour cette raison, il est conseillé de ne pas submerger ou « masquer » les acouphènes sur de longues périodes de temps.

La découverte que les acouphènes pouvaient être masqués ou bloqués par des sons externes est créditée à la Grèce antique, il y a plus de 2000 ans. Le masquage des acouphènes n’est pas considéré comme une forme de traitement des acouphènes, mais peut apporter un soulagement à court terme en substituant un son plus agréable aux acouphènes.

L’Enrichissement sonore pendant le sommeil

Un son neutre de faible niveau constant dans la chambre à coucher est recommandé si votre sommeil est perturbé par vos acouphènes. Les acouphènes ne seront pas aussi nets si vous êtes entourés par un autre son, lorsque vous essayez de vous endormir ou vous vous réveillez pendant la nuit. Nous avons 3 ou 4 périodes de sommeil léger pendant la nuit, et certains chercheurs prétendent que nous sommes alors davantage en mesure d’entendre nos acouphènes. Par conséquent, si vos acouphènes vous causent irritation ou détresse, et qu’ils peuvent vous réveiller au cours de ces périodes de sommeil léger, ceci est moins susceptible de se produire en présence d’autres sons.

Lorsque vous essayez de vous endormir, il ne faut pas se concentrer sur le son de bas niveau, mais laissez-le passer dans le fond de votre conscience. Pour vous arrêter de mettre l’accent sur ​​vos acouphènes, utiliser des stratégies de distraction douces qui ne comportent pas de sons, comme la lecture. Des exercices de relaxation active pendant la journée peuvent être utiles pour vous aider à dormir plus profondément. Ceux-ci peuvent inclure des exercices progressifs de relaxation musculaire, des exercices de respiration et de visualisation.

Nos prochains articles traiteront de l’approche scientifique des facteurs psycho-comportementaux impliqués dans les acouphènes ainsi que sur l’expérimentation d’une nouvelle molécule favorisant le phénomène d’habituation.

 

Laissez un commentaire