En situation de plongée sous-marine, quels sont les risques pour la sphère ORL ?

Classé dans : Infections O.R.L, Non classé | 0

L’oreille en plongée est particulièrement sollicitée, c’est un organe sensible et il faut être à l’écoute de ses oreilles.
La vitesse du son dans l’eau est de 1530m/s. L’audition en plongée s’effectue par voie osseuse. Les ondes qui traversent l’eau sont de petite amplitude. Le tympan vibre plus faiblement, empêchant ainsi les cils de la cochlée de détecter les vibrations. Par contre l’onde passe directement par la boite crânienne et vient exciter directement les cils de la cochlée dans l’oreille interne.

Otite infectieuse :

C’est une inflammation du conduit auditif et du tympan due à des germes présents dans l’eau.

  • Causes : En général, l’été dans les eaux chaudes (mer ou lac) propices à la formation de germes dans l’oreille externe appelée aussi Otite du Baigneur.
  • Symptômes : Douleur au tympan. Pavillon très douloureux près du lobe, Parfois écoulements.
    Conduite à tenir : Ne pas replonger et consulter un Spécialiste ORL
  • Prévention : Bien se rincer les oreilles à l’eau douce et surtout bien les sécher. Instillation de gouttes dessicatives (SEDRYL – www.biorl.fr) en rinçage après chaque plongée.
    Il est intéressant de savoir que 80 % des pathologies en situation de plongée touchent la sphère O.R.L. La sphère O.R.L est composée du Nez, des Oreilles, du rhinopharynx , des sinus.

L’on note une atteinte de l’oreille moyenne dans 1 à 2 % des plongées. Fort heureusement, les atteintes de l’oreille interne sont dix fois moins fréquentes mais bien plus redoutables.
Les causes des pathologies de la sphère O.R.L sont multiples et liées soit à l’anatomie de l’appareil O.R.L, soit liées à la technique ou au plongeur, soit liées au type de pratique de plongée.
L’Otite moyenne barotraumatique est l’accident le plus fréquent.

Que peut-il se passer ?

Pénétration de l’eau dans les voies auditives externes
Présence de cavités aériennes soumises à pression
Présence de cavités liquidiennes susceptibles d’être le siège d’accident de décompression.
Le système O.R.L et le barotraumatisme
Bon nombre d’accidents de plongée surviennent lors de la descente ou lors de la remontée des plongeurs.
Exemple : la déformation tympanique ( le tympan se déforme vers l’intérieur), rupture du tympan.Les symptômes que nous pouvons ressentir sont :

  • pour la déformation tympanique : plus nous descendons , plus la douleur augmente.
  • pour la rupture du tympan : vertige , saignement de l’oreille et ou syncope.

 

Problèmes liés à l’anatomie de l’appareil O.R.L

LES SINUS
Le problème de l’obstruction de l’ostium

  • Soit d’origine sinusienne : Sinusite aigue ou chronique,kyste,mucocèle
  • Soit d’origine nasale : Polype,prédisposition anatomique,rhinite chronique congestion de la muqueuse nasale par allergie ou irritation par le contact de l’eau de mer

Problèmes liés à la technique

L’EQUILIBRATION
En prévention il est nécessaire de rétablir la pression au sein de l’oreille , et il existe plusieurs méthodes :

  • Vasalva : Nez pincé et bouche fermée , soufflez de l’air par le nez. la plus simple des manœuvres et la plus commune. Il suffit de se pincer le nez et de souffler dedans doucement comme si l’on se mouchait.
  • Frenzel : La base de la langue est contractée au maximum, le haut en arrière centre du palais. Il s’agit d’ouvrir la trompe d’Eustache en plaçant sa langue contre le voile de son palais et en poussant vers le haut et le fond.
  • Baillez !!!! BTV ((Béance Tubulaire Volontaire) : il s’agit d’utiliser de petits muscles permettant de laisser la trompe d’Eustache ouverte pendant la descente. Cette méthode met en oeuvre des muscles sollicités lors du bâillement et il s’agit donc de reproduire volontairement les gestes du bâillement. Mais chez certains individus la forme de la trompe d’Eustache ne permet pas d’effectuer cette manœuvre. Dans tous les cas la BTV est difficile à réaliser.

Risque de rupture ou de déformation du tympan Quand la pression est rééquilibrée :
Les causes du barotraumatisme :

Infection ORL qui peut parfois boucher la trompe d’eustache
Inflammation de la trompe d’eustache liée à un mauvais équilibre de la pression
Bouchon dans le conduit auditif ( dans ce cas, redescendre puis remonter doucement)

Problèmes liés aux conditions en plongée

  • L’eau : Perturbe les références visuelles du plongeur ;turbidité de l’eau. Réduit la sensibilité des récepteurs proprioceptifs, Irrite le conduit ORL par le sel, le froid, le chlore et provoque un risque infectieux.
  • La pression : Réduit la sensibilité des récepteurs proprioceptifs sur toutes les cavités aériennes, Augmente en fonction de la profondeur mais les plus grandes variations s’observent dans le 10 premiers mètres, Impose les manœuvres de compensation.
  • Le Froid : Contact direct avec la sphère ORL Générateur de congestion entraînant une dyspermeabilité des ostiums Action directe sur l’oreille interne en risquant d’entraîner nausées, vertiges

Problèmes liés au plongeur

Son âge :

  • Enfant Béance de la trompe d’Eustache Sinus non pneumatisés
  • Senior (plus de 50 ans) : Tympan scléreux ,calcifiés

 

Ses antécédents :

  • antécédents héréditaires
  • antécédents infectieux orl lors de l’enfance,allergiques.sinusites ,traumatismes tympaniques, baisse de l’acuité auditive ,surdité uni ou bilatérale ,pratique sportive traumatique pour la sphère orl, exposition professionnelle

Son expérience et son type de pratique :

  • plongeur débutant
  • plongeur profond
  • moniteur
  • apneiste
  • chasseur
  • plongeur en eau froide ou en eau chaude
  • antécédent d’accident ORL ou vestibulaire

L’Otite moyenne barotraumatique

Circonstances d’apparition
descente : mauvaise équilibration (descente trop rapide, débutant : risque du « canard ») au cours d’une dysperméabilité tubaire passagère (inflammation ORL) ou permanente
remontée : Valsalva intempestif

Signes d’appel :

otalgie constante
sensation d’oreille bouchée avec hypoacousie et acouphènes
otorragie (rupture du tympan)

Barotraumatismes de l’oreille interne

10 à 20 fois moins fréquents que les barotraumatismes de l’oreille moyenne, mais beaucoup plus graves !

Symptômes

hypoacousie, acouphènes
Vertiges et nausées ,nystagmus
signes aggravés par Valsalva
la transmission des variations de pression se fait par l’intermédiaire du système tympano-ossiculaire (coup de piston de l’étrier dans la fenêtre ovale), à la suite soit d’une mise en pression rapide, soit d’une manœuvre de Valsalva très violente.

Prevention des otites barotraumatiques

Equilibrage doux par manœuvre de Valsava dès le début de l’immersion
Jamais de Vasalva à la remontée (risque de surpression dans l’oreille moyenne) mais manœuvre de Toynbee
Ne jamais plonger si pathologie infectieuse rhinopharyngienne

Laissez un commentaire