Acouphènes Vs Cerveau : La plasticité cérébrale naturelle peut compenser les « blessures » de l’oreille interne !

Classé dans : Acouphènes | 0

 

Neuroplasticite-cerebrale Acouphènes Vs Cerveau : La plasticité cérébrale naturelle peut compenser les « blessures » de l’oreille interne !

 

 

Pour rappel, la neuroplasticité est le mécanisme par lequel le cerveau à la faculté de se remodeler en permanence pour s’adapter aux nouvelles expériences tout au long de la vie et parfois à réparer certains dysfonctionnements.

Ce phénomène de plasticité est possible parce que les connexions entre les neurones, dans le cerveau, se modifient constamment ainsi que l’organisation de celui-ci. Chaque nouvel apprentissage, chaque nouveau stimulus qu’il soit auditif, visuel, tactile, thermique, olfactif modifie la structure des très complexes réseaux neuronaux.

Une des principales applications concrète de cette découverte de la plasticité du cerveau est la reconstitution d’autres chemins neuronaux quand ceux créés par notre expérience ont été détruits ou endommagés.

Cette capacité de remodelage constitue aujourd’hui un axe plus que prometteur dans la compréhension des pathologies auditives dont les acouphènes et dans leur traitement.

Dans cette optique, des chercheurs de Massachusetts Eye and Ear/Harvard Medical School ont décrit, pour la première fois, la capacité du cerveau adulte pour compenser une altération quasi-complète des fibres du nerf auditif reliant l’oreille au cerveau. Les résultats, publiés dans le numéro actuel de Neuron, suggèrent que la plasticité naturelle du cerveau compense les dommages causée à l’oreille interne pour s’adapter et restaurer des capacités acceptables de détection des stimuli sonores. Cependant, cette plasticité ne permet pas de récupérer l’intelligibilité du discours. Cette reprise partielle de l’audition peut expliquer une plainte auditive commune, dans laquelle certains patients signalent des difficultés à comprendre la parole en dépit d’avoir des seuils d’audition normale.

« Nos résultats suggèrent que la plasticité du cerveau adulte à des stades élevés d’adaptation, agirait comme un amplificateur – de la même manière que vous auriez un amplificateur d’aide auditive », a déclaré Daniel B. Polle , Ph.D., the Amelia Peabody Neural Plasticity Laboratory at Massachusetts Eye and Ear and an Associate Professor of Otolaryngology at Harvard Medical School. Seulement 3 pour cent des entrées sonores est suffisant pour que le cerveau fonctionne  et interprète ces signaux sonores. Cependant, la compensation est incomplète. En effet, il y a un coût, les neurones capables de récupérer leur fonctionnalité ne peuvent pas décoder des sons complexes, tels que la parole, indispensables pour notre capacité à communiquer ».

Le nerf auditif est constitué de milliers de petites fibres nerveuses responsables de la transmission des informations sonores en provenance de l’oreille et en direction du cerveau. Des découvertes récentes ont montré que ce sont des structures qui seraient les plus vulnérables dans l’oreille interne, qui mourraient naturellement tout au long de la vie en raison de l’exposition au bruit, la prise de médicaments et même tout simplement le vieillissement.

Les patients qui décrivent des difficultés à comprendre la parole en dépit de seuils d’audition normaux enregistrés avec un audiogramme ont longtemps contrarié les médecins et les chercheurs qui ont donc émis l’hypothèse que l’altération des fibres nerveuses contribue à cette condition.

 » Quelqu’un avec une diminution substantielle des fibres du nerf auditif serait assis en face de vous et pouvait entendre le son de votre voix, mais ne serait pas en mesure d’extraire toute information intelligible de celle-ci, en particulier si d’autres personnes parlent à proximité », a déclaré le Dr Polley. « La perte de fibres nerveuses diminue la largeur de bande d’informations qui peuvent être transmises de l’oreille interne au cerveau, ce qui conduit à une lutte pour traiter des informations de son, même si les seuils d’audition sont normaux ».

Les chercheurs ont utilisé des produits chimiques pour éliminer la quasi-totalité des fibres nerveuses chargées de traitement du son dans l’oreille interne de la souris. Ils ont ensuite observé les réponses normales au son et à une activité accrue dans le cortex – zone ultime de traitement des informations dans le cerveau – et ont déterminé que le cortex est la zone spécifique jouant le rôle « d’amplificateur naturel». Cependant, cette compensation par la plasticité naturelle du cerveau présente ses limites.

Plus encore, les résultats suscitent plusieurs questions importantes que les chercheurs aborderont dans les études à venir. Les conséquences de ne pas avoir assez d’amplification sont évidents, mais les chercheurs espèrent à présent déterminer si les conditions auditives débilitantes telles que les acouphènes ou l’hyperacousie pourrait refléter une hyper-amplification dans le système de traitement des signaux auditifs.

« Comme un microphone amplifiant les sons, une hyper amplification du système auditif peut conduire les circuits neuronaux à devenir pathologiquement hyperactif et hypersensible « , a déclaré le Dr Polley. «En déterminant précisément les composants cellulaires réels de l’amplificateur cérébral, nous espérons qu’un jour, nous pourrions être en mesure de tourner le bouton de volume vers le haut et vers le bas pour trouver un état d’équilibre auditif où les gens pourront se reconnecter au monde auditif sans entendre de bruits fantômes ou des sons insupportables que les autres considèrent comme « tolérables ».

Toutes ces avancées renforcent le rôle clé de la plasticité neuronale dans le traitement des acouphènes. Ces nouvelles découvertes avancent sur le terrain de la compréhension de la physiopathologie auditive. Elles nous permettent d’ores et déjà de mettre au point des traitements ciblés sur les dysfonctionnements neuronaux au cœur de notre cerveau auditif.

Découvrez notre FORMULE DOUBLE ACTION, ZENITYL, AU CŒUR DE LA PLASTICITE NEURONALE CERVEAU OREILLE. L’intérêt de cette formule double action réside dans l’association d’acides aminés précurseurs et des cofacteurs enzymatiques afin de stimuler la synthèse et l’activité des neurotransmetteurs.

Laissez un commentaire