[Acouphènes] Origines-Physiopathologie

Classé dans : Acouphènes | 0

Visuel-physio-acouph [Acouphènes] Origines-Physiopathologie

 

Les Acouphènes: un symptôme très complexe

Les causes sont variées, et de nombreuses hypothèses se développent.

Acouphènes objectifs

Le cas des acouphènes objectifs est particulier, ces derniers seraient donc générés par des sources vasculaires (défaut d’irrigation) et musculaires (spasmes), mais aussi parfois par une atteinte
de l’articulation temporo mandibulaire (mâchoire), située juste en avant du conduit auditif.

Acouphènes subjectifs

Dans la majorité des cas, les acouphènes subjectifs suggèrent l’existence d’une anomalie à un niveau quelconque du système auditif. Il existe beaucoup d’hypothèses pour expliquer l’origine des acouphènes, même si aucune n’ont véritablement été prouvée. L’acouphène est la perception normale d’une hyperactivité neuronale à un endroit quelconque des voies auditives. Le sujet perçoit normalement un signal reçu au niveau de son cortex auditif. Il en a conscience. Ce signal est sans signification.

Ainsi, la plupart des auteurs s’accordent sur l’origine neuro sensorielle cochléaire des acouphènes, c’est-à-dire que la naissance du signal sonore s’effectuerait en périphérie, par l’atteinte des cellules ciliées de la cochlée (oreille interne), des synapses ou du nerf auditif, à la suite d’un traumatisme sonore, d’une perte auditive soudaine…
La lésion des terminaisons nerveuses de l’appareil auditif pourrait ainsi expliquer l’apparition de surdité et d’acouphènes.  Pour d’autres, ce signal sonore serait d’origine centrale, au niveau des centres nerveux d’intégration du signal auditif. L’exemple des acouphènes somatosensoriels (provenant de troubles cervicaux, de mâchoire, du crâne…) est intéressant et constitue un bon exemple du rôle des centres nerveux. En effet, certaines études ont montré qu’un symptôme auditif tel que l’acouphène pouvait être directement influencé par des stimuli non auditif comme le relâchement de tensions musculaires cervicales, certaines thérapies manuelles cervicales ou de la mâchoire…

En réalité, l’émergence des acouphènes et d’un bruit anormal vont suivre un processus complexe et progressif.

La plupart du temps, il provient du moins au début des structures de l’oreille interne, il est donc périphérique,  » hors cerveau « .
Sa détection est réalisée par les centres sous-corticaux puis sa perception en temps que réalité sonore est effectué par les aires dites corticales. Cette détérioration des structures auditives périphériques va stimuler certaines régions cérébrales, qui vont à leur tour être hyperactivées et devenir une source d’acouphènes. Ce n’est qu’ensuite que rentrent en ligne de compte l’activation de centres gérant l’émotion (aires limbiques) et le système nerveux autonome (responsable des sensations d’accélération du cœur, des sueurs, d’angoisse …).
​C’est parce qu’il y a interaction avec ces centres émotionnels que l’acouphène va déclencher une situation de stress, d’angoisse et d’intolérance.

 

[button link= »https://www.biorl.fr/produits/serenyl » size= »large » color= »yellow »]SERENYL®[/button]

Laissez un commentaire