[Acouphènes] Définition

Classé dans : Acouphènes | 0

4-tinnitus-cures-300x225 [Acouphènes] Définition

Qu’est ce qu’un acouphène?

 

Il a tant été écrit sur les acouphènes depuis de nombreuses années qu’il serait prétentieux d’apporter une information supplémentaire sur ce sujet.
Cependant, devant le désarroi, la détresse des personnes souffrant de bourdonnements ou sifflements d’oreille, il apparaît essentiel de les aider à appréhender cette pathologie dans son ensemble, de manière claire et objective, d’essayer d’en comprendre ses symptômes, ses mécanismes sous adjacents et d’envisager toutes les solutions qui s’offrent à elles.
Car s’informer sur ce que sont réellement les acouphènes, ne pas rester isolé, s’enrichir de l’expérience des autres et de l’avancée des connaissances dans le domaine, c’est faire un grand pas vers un réel mieux-être, pour ne plus avoir à « vivre avec ».

Définition des Acouphènes

Le terme acouphène vient du mot « akouein » qui signifie entendre, et « phainein » apparaître. Etymologiquement on peut donner une définition de l’acouphène : « sembler entendre ». Les acouphènes sont définis comme la perception de bruits internes, dans l’oreille ou dans la tête, en l’absence de toute source sonore dans le milieu environnant. Précisons toutefois qu’il ne s’agit pas d’hallucination auditive (objectivés par des techniques d’imagerie médicale).
Décrits comme des bourdonnements graves, des tintements ou des sifflements très aigus, ces sons subjectifs peuvent varier en termes d’intensité, de fréquence et de localisation. L’acouphène peut être intermittent, pulsatile (perception du flux sanguin) ou permanent (acouphène chronique), ressenti dans une oreille (unilatéral) ou dans les deux (bilatéral).
Les acouphènes peuvent être précédés et accompagnés d’hyperacousiehypersensibilité auditive aux bruits de l’environnement, même les plus banals, ressentis comme gênants ou agressifs. L’hyperacousie est souvent la séquelle d’un traumatisme acoustique et le symptôme le plus fréquemment associé aux acouphènes.

On distingue deux catégories essentielles d’acouphènes :

Les acouphènes objectifs, très rares, peuvent résulter d’un défaut structurel de l’oreille interne, d’anomalies des vaisseaux de l’oreille, de contractures ou de spasmes musculaires se traduisant par des craquements, cliquetis et claquements perçus dans l’oreille et clairement entendus par l’entourage.
Les acouphènes subjectifs, dont l’origine peut se situer à n’importe quel niveau des voies auditives, depuis le conduit de l’oreille externe jusqu’au cerveau. Cependant, l’origine la plus fréquente est la cochlée (oreille interne).
Qui souffre d’acouphènes ?Les acouphènes sont des symptômes fréquents. Si les patients dans la deuxième moitié de vie sont préférentiellement touchés, on constate néanmoins une augmentation significative du nombre de jeunes adultes (phénomène vraisemblablement dû à une exposition croissante de cette population aux bruits intenses).
  • En France, 4 millions de personnes en souffrent, avec 250 000 personnes qui consultent inlassablement.
  • De 10 à 17% de la population. 1,6 millions de Français qualifient leur acouphène d’ » agressif « , et 300.000 d’ » intolérable « .
  • Le vécu de l’acouphène va de la gêne occasionnelle et légère jusqu’à l’entrave profonde de toute vie psycho-sociale.
  • Dans les cas les plus graves, les acouphènes peuvent conduire à la rupture des liens sociaux.
  • Le stress induit va entretenir l’acouphène et c’est l’ensemble de la personnalité qui se trouve affectée.

Retentissement et Tolérance des Acouphènes

Le retentissement de l’acouphène est très variable d’un sujet à l’autre ; cela va de la simple gêne à une intrusion permanente handicapant la vie quotidienne et affectant la qualité de vie: difficultés d’endormissement, de concentration, irritabilité, source de stress et d’anxiété pouvant mener à un état dépressif.
Toutefois, la sévérité de l’acouphène et donc de la gêne ressentie est indépendante des caractéristiques physiques de celui-ci (fréquence, intensité du bruit entendu).
Des études ont montré que bien qu’ils puissent au début provoquer une détresse certaine, les effets de l’acouphène tendent à diminuer avec le temps. C’est ce qu’on appelle le processus d’habituation. Selon les sujets, leur état d’anxiété et de stress, ce processus peut prendre plus ou moins longtemps, de plusieurs mois à plusieurs années.
[button link= »https://www.biorl.fr/produits/serenyl » size= »large » color= »yellow »]SERENYL®[/button]

Laissez un commentaire